La digitalisation des fonctions juridiques des entreprises et des cabinets d’avocats exige une sécurité totale de tout son écosystème informatique. Les exigences croissantes en termes de confidentialité des réglementations, comme celle de la RGPD à partir du mois de mai, imposent des normes très strictes qu’un empilement d’applications externes peut mettre en danger. Spécialiste de la transformation digitale des acteurs du droit, Seville More Helory renforce ses équipes en accueillant Jackson Webster, ancien consultant sécurité et défense nationale pour le Congressional Research Servicede Washington.

« La digitalisation des fonctions juridiques n’est plus une alternative, elle est inéluctable. La sécurité est au cœur de l’offre de solutions de Seville More Helory. Régulièrement des failles de confidentialité alimentent l’actualité et doivent nous rappeler que l’interactivité avec des écosystèmes externes exige une architecture informatique irréprochable. Nous poursuivons donc nos investissements en ce domaine en recrutantJackson Webster qui vient renforcer notre équipe de cybersécurité.» déclare Jean-Marie Valentin.

Pour Jackson Webster, chef de projet – Cybersécurité et Affaires publiques« La confidentialité est au cœur des métiers du droit. L’intégration des enjeux de cybersécurité dans les pratiques des cabinets d’avocats et de la fonction juridique, ainsi que leurs écosystèmes, constitue un élément critique qui ne peut être négligé. Une stratégie de cybersécurité doit assurer la sécurité des systèmes d’information, mais plus largement encadrer le comportement de tout membre de l’organisation. Les dernières règles européennes sur la protection des données et leurs conséquences juridiques et financières montrent que ces enjeux sont majeurs pour l’entreprise. La solution de Seville More Helory qui consiste à conserver les données sensibles au sein de l’entreprise est un gage de sécurité très important »

Jackson Webster, 23 ans, est diplômé de la Mira Costa High School de Californie, d’un Bachelor of Arts en relations internationales du King’s college à Londres et d’une maîtrise de sécurité internationale de Sciences Po Paris. Auparavant il a travaillé sur des sujets de défense, de sécurité et d’affaires publiques pour le Congressional Research Service de Washington.